Quelle aventure !

Le 15-10-2008 • Pays : Argentine

Ce voyage haletant en Amérique du sud commencé fin juillet prend donc fin aujourd’hui, nous ne réalisons pas tant le rythme fut effréné et les émotions fortes tout au long du parcours.

 

Et dans l'avion, nous repassons dans notre tête les souvenirs les plus intenses qui ont marqué notre périple.

 

Les confins de la jungle et la bouillante cité d’Iquitos, l’émerveillement des sites sacrés du Pérou, les paysages époustouflants de la Bolivie avec ses contrées tropicales, ses étendues désertiques et son inoubliable désert de sel puis les grands vins, le magnifique Torres Del Plaine et la mystérieuse Patagonie au Chili et enfin l’Argentine avec ses excellente tables, son accueil hors norme et sa diversité de panorama.

 

Malgré un plan de route plus que rempli, nous avons largement dépassé l’objectif que nous nous étions fixé : être sans cesse embarqués dans un tourbillon d’aventure, de découverte et d’échange pour notre immense plaisir.

 

Viva el America del Sur !!

 

Mais désormais, nous devons tourner bien vite la page car une dernière destination nous attend déjà, bien différente des précédentes...

 

En effet, nous mettons le cap vers les Etats Unis et sa ville emblématique : la magique NEW YORK !

 

Autant dire que d'autres émotions toutes aussi intenses nous attendent encore...

 

See you tomorow.

 


Dernière journée en Amérique Latine !

Le 15-10-2008 • Pays : Argentine

Puis nous reprenons la route vers Puerto Madero qui est le plus récent et le plus original des 48 quartiers de la capitale. Il est vrai qu’avec ses allées pavées et ses anciens entrepôts en brique rouge reconvertis en loft, en bureaux et en restaurants tendance, l’endroit est une réussite incontestable.

 

Autrefois, un port moderne pour soutenir le commerce international, Puero Madero est aujourd’hui un des quartiers les plus chers et les plus chics de la capitale en ayant réussi le pari de préserver son histoire et son authenticité.

 

Nous prenons la direction du quartier Retiro, le centre financier d’argentine avec sa verdoyante plaza San Martin et ses tours de verre ; nous passons en chemin près de la célèbre Floralis Generica, sculpture métallique située sur la place des Nations Unies offerte à la ville par l'architecte Eduardo Catalano.

 

Nous visitons ensuite brièvement les barrios Recoleta, Barrio Norte, Palermo Viejo et Palermo Hollywood mélange de quartiers hétéroclites, variés, branchés, qui n'ont rien à envier à nos métropoles européennes.

 

Il se fait déjà tard et en fin d'après midi nous devons reprendre un taxi pour revenir à l’hôtel et récupérer nos bagages car notre vol pour New York est dans 2 heures !

 

Arrivés à l'aéroport, nous ne sommes qu'à moitié surpris de vivre une énième mauvaise nouvelle, notre vol a été avancé d'une heure ce qui veut dire qu'il décolle dans 45 minutes !

 

Heureusement, nous pouvons enregistrer nos bagages d'extrême justesse et embarquer qelques minutes plus tard ne réalisant peut être pas encore que nous foulons le sol sud américain pour la dernière fois...

 


Le stade mythique de Boca Junior

Le 15-10-2008 • Pays : Argentine

A ce quartier s’ajoute l’un des emblèmes de la ville, le célèbre stade La Bombonera (« la boite de chocolats ») où joue le Club Atlético Boca Juniors depuis sa création en 1905, c’est l’ancienne équipe du dieu vivant Diego Maradona.

 

Il faut dire que le « futbol » ici est une véritable institution. Tous les argentins se passionnent pour le foot qui est de très loin le sport le plus populaire du pays. La population et les médias consacrent beaucoup de temps à suivre les exploits des Boca juniors et son grand rival de toujours River Plate et le fanatisme des supporters, les hinchas ou les barra brava, n’a rien à envier à celui des hooligans européens.

La passion pour Boca Juniors va si loin que les supporteurs peuvent être enterrés dans des cercueils spéciaux aux couleurs du club en bleu et or, dans un cimetière tout acquis à leurs causes. Ce cimetière a été créé suite aux désagréments provoqués par quelques fans qui jetaient les cendres de supporteurs décédés dans des sacs plastiques sur la pelouse pendant les matchs ! Incroyable…

Le football est donc une religion et Maradona en est le dieu ! C’est aussi simple que ça.. On lui pardonne tout et je suis d’ailleurs étonné du peu de place laissé à Lionel Messi en comparaison.

Aux abords du stade, on peut voir d’abord devant les grilles des boutiques de supporters aux devantures colorées avec toutes sortes de vêtements et gadgets de fans. Et à l’intérieur de l’entrée, un petit musée est proposé sur une aile du batiment avec en porte drapeau une statue de cire du magicien Diego aux couleurs du club.

Puis enfin, nous entrons dans l’arène du stade. C’est un stade mythique, redouté des équipes adverses, est surtout réputé pour la ferveur des supporters : à chaque match, près de 60000 supporters bleu et or peuvent s'y retrouver dans une ambiance déchaînée, unique au monde, où football rime avec violence et passion.

Nous sommes une poignée seulement de touristes présent dans les gradins mais nous imaginons tous vibrés en c½ur ici lors des matchs, l’atmosphère doit être étouffante avec ses séparations de plexi glace et cette ferveur caractéristique d’Amérique du Sud.

Nous repartons plusieurs minutes plus tard en prenant soin de chiner dans la boutique car un tee shirt officiel des Boca Juniors ça ne se refuse pas !

 


La Boca.. suite

Le 15-10-2008 • Pays : Argentine


La Boca

Le 15-10-2008 • Pays : Argentine

Après avoir découvert la veille le quartier Palermo dit « Hollywood » au nord avec ses résidences superbes et ses trottoirs ombragés et « Soho » au sud avec ses nombreux restaurants exotiques ultramodernes, nous avons diné dans un typique petit bistro au menu très original et très novateur.

 

Aujourd’hui, nous décidons d’effectuer le City tour en bus afin de découvrir certains quartiers mythique de Buenos Aires comme La Boca et nous ne sommes pas déçus !

 

En effet, arrivés sur place, nous constatons que la Boca est le quartier populaire par excellence, ses façades très colorés des habitations viennent d’une pratique ancienne initiée par les habitants qui, après l’entretien des bateaux avaient l’habitude d’utiliser le restant de peinture pour décorer leur maison.

 

La Boca est aujourd’hui est un des quartiers les plus mythiques, les plus connus et les plus visités de Buenos Aires. Chaque devanture de magasin, chaque échoppe est une beauté visuelle, une aventure et une invitation à en savoir plus, à entrer et à s’imprégner des lieux.

 

Caminito est la rue la plus célèbre du bario avec ses danseurs de Tango, ses musiciens, ses musées et son marché artisanal hebdomadaire, nous prenons le temps d’admirer le folklore local et gouter un maximum à cet univers étrange et fascinant !


San Telmo & Café Tortoni

Le 13-10-2008 • Pays : Argentine

Après notre réveil, nous ouvrons les volets de notre chambre pour profiter de la vue donnant sur une petite cour intérieure très agréable.

 

Nous prenons ensuite un petit-déjeuner dans un des petits bistros de notre rue, le temps est plus couvert que la veille avec un petit vent frais et quelques gouttes de pluie ici et là nous rappelant que nous sommes en octobre, le mois le plus pluvieux de Buenos Aires.

 

Nous retournons en direction du terminal de Ferry, fermement décidés à réserver 2 places sur le bateau en partance vers Colonia en Uruguay. Mais sur place tout est compliqué, le bureau des renseignements est fermé, nous nous adressons donc directement à l’un des guichets de vente mais l’achat des billets est difficile car la personne peu motivée entre 12h et 13h. Après beaucoup de persévérance et l’aide d’un autre guichet nous finissons par avoir enfin 2 places A/R dès le lendemain pour Colonia.

 

Nous pouvons enfin déjeuner tranquille dans un petit resto sur la calle Lavalle. Nous prenons l’avenue Defensa depuis la place de Mayo en direction du sud pour rejoindre San Telmo, quartier général des antiquaires et quartier bohème où bon nombre d’artistes comme les peintre ou les danseurs de Tango viennent animer les rues et la petite place Dorrego..

 

San Telmo représente un des symbole de la résistance argentine contre l’envahisseur anglais en 1806, de violents combats ont alors donné raison aux milices locales. Aujourd’hui, plein de charme et de caractère, c’est l’un des quartiers les plus agréables et les plus couru des étudiants et artistes branchés.

 

En fin d’après-midi, nous prenons un capuccino dans un petit bar de la place avec beaucoup de plaisir. La décoration est géniale, un mélange rétro avec un nombre incroyable de vieilles affiches de films et de posters des années 60.

 

Musique, danse de rue, petite place animée… Il ne manque plus qu’une bonne bouteille en guise d’apéritif pour apprécier encore plus cet art de vivre. Nous prolongeons ensuite notre soirée au célèbre Café Tortoni, un must de la ville pour vibrer sur un bon spectacle de Tango.

 

Comme vous vous en doutez, le Tango ici est une institution et c'est très probablement à Buenos Aires qu'il est né, à la fin du XIXe siècle. Le tango est aujourd'hui toujours très pratiqué dans la ville, où de nombreux établissements, cafés ou restaurants proposent tous les jours des spectacles de danses.

 

Le Café Tortoni est fidèle à sa réputation, l’ambiance est intime dans une petite salle feutrée où la scène ne se situe qu’à quelques mètres de nous. Les différents danseurs et artistes venus se représentés sont de vrais professionnels nous proposant un panel très riche et très intéressant des différentes « chorégraphies visuelles ». Ils changent d’ailleurs de tenue et de thème régulièrement au cours de la soirée.

 

Et c’est encore envoutés par cette danse particulièrement sensuelle que nous prenons la direction de notre « pacio » car demain un autre pays nous attend déjà !

 


Buenos Aires, la plus belle ville d'Amérique du Sud..

Le 12-10-2008 • Pays : Argentine

Nous arrivons tôt le matin sous un temps capricieux et commençons la découverte de Buenos Aires à bord de notre taxi qui déambule tant bien que mal au milieu de cette immense cité en partie bloquée par une course à pied. Le véhicule emprunte tour à tour ruelles et boulevards gigantesques comme l'avenue 9 de Julio, considérée comme la plus large du monde où nous nous pouvons observer une architecture très variée..

 

Buenos Aires est certainement une des villes d'Amérique du sud la plus riche culturellement, du fait notamment de la grande diversité de sa population qui est originaire à 80% européenne et de son histoire. Buenos Aires détient la plus grande concentration de théâtres et opéras d'Amérique latine ; elle abrite d’ailleurs l'un des opéras les plus célèbres au monde : le Théâtre colon..

 

L’histoire de Buenos Aires remonte au XVIe siècle quand Pedro de Mendoza, qui était à la recherche d'or, fonda cette ville en 1536 à l'embouchure du Rio de la Plata qu'il baptisa Nuestra Señora Santa Maria del Buen Ayre soit « Notre-Dame Sainte-Marie des Bons Vents ». Le nom Notre-Dame des Bons Vents fait référence à la Vierge de Cagliari en Sardaigne protectrice des navigateurs..

 

La ville fut ensuite abandonnée après avoir été mainte fois attaquée et il fallu attendre 1580 et le navigateur Juan de Garay pour y voir une nouvelle colonie permanente qui au fil du temps fini par s’appeler Buenos Aires..

 

Elle comptait déjà plus d’un million d’habitants en 1900 et était devenue déjà la plus grande et la plus riche ville d’Amérique du sud. Aujourd’hui, cette gigantesque cité compte 3 millions d’habitants et 13 millions avec sa banlieue..

 

Après l’effondrement du peso, Buenos Aires qui comptait parmi les plus chères du monde est soudain devenu relativement bon marché ce qui entraina un essor considérable du tourisme et une augmentation des structures d’accueil à tous les prix dont nous espérons bénéficier..

 

Nous arrivons à destination, l’hôtel Alcazar est en vue avec une décoration extérieure genre vieille France et une entrée plutôt chic. Notre 1er regard se porte sur l’ascenseur principal qui se situe face à l’entrée et qui, magnifiquement restauré, nous laisse présager le haut standing de l’établissement, ce n’est visiblement pas ici que nous ferons des économies…

 

Et c’est sans surprise que prenons connaissance du prix excessif de la chambre justifié en partie par un coût de la vie ici bien plus élevé que le reste du pays comme la plupart des grandes capitales du monde et également par son excellente localisation..

 

Bref, pas de bavardages inutiles avec le personnel tout juste aimable, nous prenons possession de notre chambre au 1er étage bien content d’y déposer nos gros sacs et y faire un petit somme..

 

A notre réveil, nous avons une bonne surprise puisque le soleil a fait son apparition ! C’est génial, nous sommes très bien situés, sur la célèbre Avenue de Mayo qui est considéré comme l’axe civique de Buenos Aires puisqu’elle regroupe en autre la Maison de la Culture, le Palacio Barolo et le Palais du congrès de la nation..

 

Nous remontons la rue avec plaisir en direction du port, le temps est idéal et nous observons avec curiosité l’agitation dans le quartier. Nous atteignons quelques minutes plus tard la Plaza de Mayo et bon nombre d’édifices d’importance comme la Cathédrale Métropolitaine et la fameuse Casa Rosada..

 

Nous contournons la place et nous dirigeons à l’est vers le nouveau quartier chic de Puerto Madero pour y manger à la Caballeriza, un resto très populaire dans une grange superbement rénovée, nous prenons chacun bien entendu le célèbre de Beef de Chorizo de 500 gr. C’est énorme bien sur mais la viande est vraiment délicieuse et l’assiette repart complètement vide..

 

Pour bien digérer ce festin, rien de tel qu’une énorme et délicieuse glace ! Et nous ne sommes pas les seuls car les glaces fortement influencées par l’immigration italienne sont une véritable institution ici en Argentine !

 

Puis nous remontons les docks jusqu’à une petite office de tourisme tenue par une jeune fille particulièrement dévouée qui nous offre un bon kilo de lecture ! Dans la foulée, nous nous rendons au terminal de ferry Buquebus afin de prendre des renseignements pour se rendre en Uruguay en traversant el Rio de la Plata..

 

Juste après nous faisons la rencontre de papy Spiderman ! Eh oui, nous ne rêvons pas, un petit vieux portant le masque de Spiderman déambule sur son vélo en klaxonnant à tout va avec une sonnerie caractéristique du super héros, les flics postés pas loin restent bouche bé également !

 

Nous continuons notre parcours en direction de la Plaza Libertador General San Martin tout au nord où nous pouvons observer la tour de l’horloge au loin, l’occasion d’une petite halte, oui nous sommes bien à Buenos Aires !

 

Puis nous empruntons ensuite la somptueuse rue piétonne Florida très animée où petits étalages et boutiques de luxe cohabitent. Cette rue piétonne est très agréable, les façades des magasins sont modernes et alléchantes, les commerçants avenants et le choix très important ; idéal pour un petit lèche vitrine..

 

Nous nous arrêtons en chemin pour assister à un spectacle de tango amateur improvisé au milieu de la rue. Le show est sublime, les danseurs s’exercent avec une classe et une virtuosité incroyable, nous sommes sous le charme, comblés d’avoir pu assister à ce qui représente l’emblème du pays : fierté, élégance, chaleur et authenticité..

 

Nous en profitons pour passer au Microcentro et le quartier des affaires de la ville où les gens sont beaucoup plus pressés qu’ailleurs naturellement et nous terminons notre chemin sur la calle Lavalle, patrie des restaurants et des cinémas ce qui constitue pour nous un petit programme idéal !

 

En fin surtout le cinéma car pour le restaurant on repassera, le repas du midi étant si copieux qu’on se laisse juste tenté par le « Argentin burger » pur b½uf, un pur délice pour les amateurs de fast food..

 

Pour le cinéma, nous allons voir le corrosif « Tempête sous les tropiques » qui parlé en anglais avec des sous titres espagnol donne un résultat plutôt décapant !

 

Ensuite le soir, rien de plus agréable qu’un retour à pied jusqu’à notre hôtel au son des musiciens en regardant les badauds et l’agitation général encore présente à cette heure tardive de la nuit. Nous sommes déjà envoutés par cette ville alors qu’elle n’a montré qu’une infime partie de ses charmes mais que va donc nous réserver la suite ?

 


Villa General Belgrano et la fête de la bière !

Le 11-10-2008 • Pays : Argentine

Nous prenons une navette en fin de matinée en direction de Villa du général Belgrano située à une centaine de kilomètres pour assister à la célèbre fête de la bière..

 

Cette petite ville située en pleine campagne a une histoire étonnante et constitue l’anomalie culturelle et gastronomique de la province..

 

Haut perchée dans la vallée de Calamuchita et bordée d’arbres, Villa General Belgrano se qualifie elle-même de « Pueblos de las Culturas » ou villages des cultures et fait étalage de ses origines : elle fut fondée par des survivants allemands du navire de guerre Graf Spee qui coula non loin de Montevideo pendant la seconde guerre mondiale..

 

Au fil des ans, le petit village se développa en préservant sa forte identité est devint ainsi une ville de villégiature prisée ; elle tient même sa propre Oktoberfest depuis 1964 début octobre qui est la fête nationale de la bière..

 

Outre son joli panorama, Villa General Belgrano est l’occasion de gouter de bonnes pâtisseries, du chocolat, du goulasch, et d’excellentes bières bien sur de pur style allemand dans l’une des nombreuses brasseries locales..

 

Nous sommes d’emblée impressionnés de retrouver l’architecture germanique et une atmosphère vraiment particulière. Tout le monde joue le jeu et se déguise en bon allemand avec la tenue complète, les peintures sur le visage et l’indispensable chop de bière à la main si bien qu’on ne sait plus très bien si ce sont des allemands nostalgiques, des européens de passages ou des argentins curieux..

 

Nous nous rendons dans un resto/brasserie allemand pour y prendre un repas très copieux et très nourrissant qui pourrait nous nourrir pour la semaine et nous entamons ensuite notre visite de la ville alourdis de 2 bons kgs chacun..

 

Le centre ville est incroyable, il recrée de manière typique le traditionnel village allemand avec ses grandes maisons,  ses décorations et ses nombreuses brasseries..

 

Nous entrons ensuite dans « le village », un grand espace clos payant où se situent toutes les animations. Sur place, nous sommes obligés d’acheter une shop pour nous faire servir notre pression car les verres n’existent pas. Les tailles des shops varient de 25cl à plus d’un litre et constituent une des principales attractions commerciales avec une grande quantité de design et de motif différent..

 

Ca y est, nous sommes au c½ur de l’enceinte où une bonne quinzaine de brasseries ambulantes sont présentes avec de nombreuses pin up argentines courtement vêtues derrière le bar ! Les plus grandes marques de bières argentines et allemandes (Quilmes, Cordoba, Budweiser…)  sont représentées ici tout comme les petits artisans avec parfois des trouvailles exceptionnels comme cette bière verte tout simplement démoniaque !!

 

Nous arpentons l’allée menant à chaque stand en bon visiteur avec beaucoup de plaisir, notre chop est souvent remplie et l’ambiance générale s’intensifie de plus en plus..

 

Une grande scène nous permet de découvrir plusieurs spectacles folkloriques allemands très appréciés par la foule venu en nombre..

 

La foule s’agite de plus en plus, les chants et les bains de foule se multiplient dans une ambiance bonne enfant où la bière joue un rôle majeur..

 

Nous quittons le village en fin d’après midi pour nous rendre au centre ville où les animations sont elles aussi au diapason avec de nombreuses brasseries en pleine euphorie et une foule aussi exubérante qu’une fête nationale..

 

Malheureusement le temps se gâte et la pluie fait son apparition ! Pas grave nous bataillons pour trouver une place dans un pub et pour suivre avec beaucoup de plaisir le match de football de qualification pour la coupe du monde entre l’Argentine et l’Uruguay qui voit la belle victoire des Argentins..

 

Nous repartons ensuite à l’extérieur de la ville prendre une navette pour revenir à Cordoba juste avant que le mauvais temps se déchaine ; le trajet est naturellement très animé avec plusieurs personnes déchainées scandant quelques chants patriotes..

 

Arrivés à Cordoba 2 heures plus tard, nous ne perdons pas le rythme et prenons aussitôt un bus de nuit pour Buenos Aires ; nous avons hâte de rejoindre enfin la capitale !


Cordoba

Le 10-10-2008 • Pays : Argentine

Nous arrivons au petit matin au terminal de bus puis prenons un taxi pour le centre ville, nous tentons notre chance calle 25 de mayo, une rue piétonne animée sensée accueillir un hôtel bon marché. Malheureusement, celui ci pratique des prix exorbitant mais nous n’avons pas trop le choix pour l’instant avec tout nos sacs et une nuit sans sommeil..

 

Après un petit dodo récupérateur, nous sortons de notre caverne pour apprécier le beau soleil et la chaleur dès nos premiers pas dans la rue. Nous sommes extrêmement bien placés, dans une rue piétonne au c½ur du centre ville près de la Plaza San Martin. Nous faisons une traditionnelle petite ballade dans les environs et sommes d’emblée impressionnés par la taille et l’agitation des nombreuses rues piétonnes. Il y règne une ambiance particulière, électrique, envoutante..

 

Cordoba est la 2ème ville du pays et le centre géographique de l’Argentine mais elle en est aussi le c½ur étudiant ; en effet, avec ses nombreuses universités, Cordoba est le centre étudiant par excellence de l’Argentine avec une population jeune, une ambiance de fête unique et de très nombreux bars..

 

Nous prenons ensuite une bonne glace dégustée au milieu d’une foule en délire, les glaces et sorbets sont visiblement une institution ici, la queue ressemble à la sécurité sociale..

 

Nous terminons notre petit tour par la Plaza San Martin : peu d’espaces verts, peu d’entretien et une architecture quelconque bref une place bien décevante par rapport aux autres places argentines et au standing de la ville..

 

Nous nous rendons ensuite à l’agence de tourisme tenue par des femmes peu motivées pour essayer de glaner quelques infos sur la ville et les environs. Plutôt déçus, nous tentons notre chance dans une agence de voyage réputée située à deux pas mais l’employé nous désespère par son manque d’explication et de motivation. Décidément..

 

On comprend vite que le tourisme n’est pas très important ici. Pourtant, proche des missions jésuites majestueuses et possédant une architecture coloniale parmi les mieux préservée du pays, Cordoba n’en est pas moins une ville très agréable..

 

En fin d’après midi nous profitons de l’animation encore plus importante dans les différentes rue piétonnes du centre ville avec toutes sortes d’animateurs de rues comme des mimes, des artistes ou des chanteurs..

 

Le soir, nous nous rendons au quartier de la Nueva Cordoba situé autour de la grande avenue Yrigoyen qui rejoint les deux grandes places España et Sarsfield. On peut y admirer un grand nombre de pavillons très chics et de restaurants haut de gamme. En effet, Nueva Cordoba était autrefois le fief de l’aristocratie avant que celle-ci ne s’exode en partie sur les hauteurs huppés de Château Caresas et Cerro de la Rosas..

 

Aujourd’hui les étudiants ont investi tout le quartier devenu dans le même temps plus moderne avec ses immeubles, ses bars à ambiance et son trafic permanent..

 

Nous dénichons dans une des petites rues parallèles un bon petit resto français avec ambiance rétro des années 60/70, cartes postales en noir et blanc jaunies comme toile de fond. Après un bon repas, nous discutons avec le patron, un baroudeur français qui nous raconte en partie son parcours et plusieurs anecdotes intéressantes..

 

Nous rentrons tranquillement en prenant la célèbre calle Rondeau, une rue étudiante très animée, idéale pour passer une folle nuit avec une quantité de bars branchés ambiance électro.. On peut très facilement passer de bars en bars qui rivalisent d’ambiance surchauffée et y gouter le Fernet, une spécialité locale à base de liqueur et de coca..

 

Cette ville est décidément tout aussi agréable la nuit que le jour..


Tucuman

Le 09-10-2008 • Pays : Argentine

Situé au sud de Cafayate à 100 kms de Tucuman, le petit bourg Tafi del Valle constitue une halte plaisante avec de bonnes opportunités de randonnées. Cette petite ville est particulièrement prisée par les habitants de Tucuman pour son climat plus frais et son paysage spectaculaire..

 

En effet, l’étroite gorge du Rio de los Sosas avec sa forêt subtropicale dense et verdoyante est superbe, elle ouvre sur une vallée sous les pics enneigés de la Sierra del Aconquija. La route de montagne abrupte de Tafi Del Valle à Tucuman est un trajet très spectaculaire qui nous vaut de rester réveillé dans le bus malgré la fatigue..

 

Nous arrivons ensuite à Tucuman en fin de matinée et ne savons pas encore si nous allons y rester ou pas ; nous gardons donc toutes nos affaires et nous dirigeons vers un hôtel qui nous sert de consigne..

 

Tucuman semble être une ville animée et moderne, c’est le berceau de l’indépendance de l’Argentine ce qui en fait d’ailleurs sa fierté. En effet, au XIXè siècle, Tucuman abrita le congrès qui déclara l’indépendance du pays en 1816 ; ce fut un grand tournant pour cette ville qui était autrefois tournée vers Salta et la Bolivie et qui ensuite développa avec succès son économie grâce aux cannes à sucre pour devenir une ville moderne de plus de 800000 habitants..

 

Cette ville a pour centre la très belle Plaza Independencia où siègent à proximité plusieurs bâtiments publics coloniaux magnifiques que nous ne manquons pas de contempler de jour comme de nuit..

 

Nous passons de manière agréable toute l’après midi à nous balader avec une chaleur écrasante, retirer une nouvelle fois 600 malheureux pesos et décidons finalement de reprendre un bus après un bon repas le soir dans une belle et bonne brasserie du centre..

 

Une autre ville encore plus grande et plus vivante nous attend, direction Cordoba !


Cafayate

Le 08-10-2008 • Pays : Argentine

Nous arrivons pour le déjeuner à Cafayate et nous ne sommes pas déçus, cette petite ville est charmante avec ses petites ruelles ensoleillées et sa place principale colorée..

 

Plus grande ville de l’extrême sud ouest de la province de Salta, Cafayate est une destination touristique appréciée vivant à un rythme paisible. Elle constitue une base idéale car elle est au croisement de 3 superbes régions : les canyons Los Laureles et Escoipe près de Cachi, la Quebrada de Cafayate près de Salta et enfin Tafi del Valle en direction de Tucuman au sud..

 

Nous sommes sur l’agréable avenue du Général Guemes, l’artère principale de la ville où sont concentrés notamment la plupart des hôtels et des services comme notre compagnie de bus..

 

Après un bon petit repas où val a fait connaissance avec tous les chiens du quartier attroupés autour d'elle, nous dénichons un petit hôtel bon marché et poursuivons notre ballade autour de la jolie Plaza San Martin où se situe tout près un petit patio d’exposition d’artistes et artisans présentant toutes sortes de créations à base d'osier..

 

Tout est accessible à pied ici même les établissements viticoles qui produisent le célèbre vin blanc local le torrontes et pour une fois ne sommes pas pressés, c’est l’occasion de sauvegarder nos photos et vidéos gonflées à bloc dans notre appareil photo dont certaines méritent le détour..

 

Le soir après une agréable après-midi, nous dinons dans un des célèbres resto de la ville : le Rancho, une institution locale visiblement très apprécié également des sexagénaires en visite. Ensuite, nous n’hésitons pas longtemps avant de nous endormir, départ demain matin à 6h !

 


La Quebrada de Cafayate, suite..

Le 08-10-2008 • Pays : Argentine


La Quebrada de Cafayate..

Le 08-10-2008 • Pays : Argentine

Ce matin, nous retrouvons notre chauffeur de la veille, Victor, à peine plus en avance qu’hier mais toujours aussi sympathique qui nous amène plein sud cette fois pour découvrir une autre merveille de la région : la Quebrada de Cafayate..

 

En effet, les rivières qui descendent des Andes ont creusés de profondes quebradas (canyon) dans les zones arides de cette région exposant les strates multicolores sous la surface des sols. Nombre de ces strates se sont érodées pour créer des formations étranges que nous pouvons découvrir en prenant la RN 68 vers le sud..

 

Nous traversons sans nous arrêter divers petits villages pendant une centaine de kilomètres avant d’atteindre Alemania qui marque le début de la Quebrada car le paysage change radicalement.. Il passe de manière abrupt des flancs de collines verdoyants au grès rougeâtre et stérile..

 

Sur notre plan, ce canyon s’appelle la Quebrada del Rio de las Conchas mais techniquement c’est la Quebrada de Cafayate d’après la rivière qui a érodé le canyon..

 

A l’est, la Sierra de Carahuasi sert de toile de fond à des formations qui possèdent pour la plupart un nom évocateur, on en dénombre ainsi une dizaine.. Ces déformations ne sont pas toutes accessibles car certaines d’entre elles nécessitent plusieurs heures de marche, nous commençons notre visite à pied par la Garganta del Diablo..

 

Il nous faut d’abord à nos risques et péril escalader un mur de pierre puis grimper le long d’un chemin afin d’accéder à une superbe vue en contrebas ; la plupart des sexagénaires très nombreux dans notre groupe ne s’y risquent pas et préfèrent contempler quelques petites expositions de marchands ambulants..

 

Nous partons ensuite admirer l’Anfiteatro qui nous renverse par sa forme étrange et par sa taille gigantesque impressionnante..

 

Nous partons ensuite saluer un lama au cours d’un petit stop, val s’amuse à le mitrailler en photo ce qui finit par l’énerver et, fidèle à son sale caractère, l’animal grincheux finit par tenter de lui cracher dessus..

 

La journée est vraiment magnifique et nous prenons beaucoup de plaisir à découvrir ce parcours et les nombreuses « stars rocheuses » qui sont sublimés avec le soleil et surtout les différentes couleurs de la pierre..

 

Nous atteignons le joli village de Cafayate en début d’après-midi pour déjeuner et à la différence des autres membres du groupe, nous avons décider d’y rester..

 


De Humahuaca à Jujuy..

Le 07-10-2008 • Pays : Argentine

Humahuaca est la seule agglomération d’importance de la vallée, c’est aussi la plus grande bourgade entre Jujuy et la frontière bolivienne ; la population est largement quetchua et on trouve de nombreuses boutiques d’artisanat..

 

Ce petit village est un rêve de photographe avec ses rues pavées, ses maisons en pisé. Nous remontons tranquillement la ville avec l’aide de notre guide local  qui nous mène à la place principale. Nous admirons tout d’abord le Cabildo, un magnifique bâtiment occupé par l’administration qui est célèbre pour sa tour de l’horloge où dit-on une silhouette de San Francisco Solano émerge chaque jour à midi pour administrer une bénédiction..

 

Nous nous rendons aussitôt à la plaza principale très pittoresque où fut érigée en 1641 juste en face la jolie iglésia de la Candelaria où bon nombre de visiteurs viennent profiter de la visite guidée..

 

Nous en profitons ensuite pour déjeuner dans un des petits resto familiale de la ville sous l’air musical d’un petit groupe local puis poursuivons à notre rythme notre visite.. Nous prenons beaucoup de plaisir à arpenter les jolies ruelles pavées du centre et à apprécier ce sublime décor de théatre mêlant maisons blanches coloniales, artisans avenants, montagnes rocheuses colorées et cactus omniprésents..

 

Nous finissons par revenir à notre point de rendez-vous quelques sacs à la main pour reprendre la route en sens inverse en direction du sud..

 

Nous faisons un arrêt en bordure de route pour découvrir le petit bourg d’Uquia qui est un minuscule village abritant notamment l’iglesia de San Francisco de Paula du XVIIè qui abrite une collection de toiles montrant les célèbres angeles arcabuceros qui sont des anges équipés d’armes coloniales espagnoles..

 

On poursuit plus au sud dans notre minibus et observons quelques kilomètres plus tard l’étonnant cimetière à flanc de colline de Maimara, pittoresque village dans la vallée situé  sous la colline appelée la Paleta del pintor : la palette du peintre..

 

Sur la route menant à Jujuy, notre dernière destination, on constate à quel point le canyon écrase les nombreux hameaux et on apprécie d’autant plus l’authenticité de cette région habitée par des paysans qui malgré l’essor du tourisme survivent grâce à l’agriculture irriguée et à l’élevage de bétail..

 

On observe également que malgré les nombreux tremblements de terre, il reste encore plusieurs traces des anciens pays andins notamment de nombreuses églises en adobe datant du XVI ou XVIIème siècle ; malgré leur reconstruction on y distingue encore les portes dans le bois de cactus mais aussi des fondations plus robustes avec des murs très épais..

 

Après une centaine de kilomètres, nous atteignons Jujuy qui se prononce en espagnol « coucouille », une ville de presque 300000 habitants, chef lieu d’une des provinces les plus petites et les plus pauvres d’Argentine mais qui possède néanmoins bon nombre de trésors archéologiques et culturels..

 

C’est la cité coloniale la plus au nord de l’Argentine, elle fut fondée en 1592 puis rasée en 1812 pour éviter que les forces royalistes ne s’emparent de ce lieu stratégique ce qui ne les empêcha d’ailleurs pas de la détruire 2 fois par la suite..

 

Son histoire est donc marquée de multiples conflits et reconstructions ce qui en fait une ville à part tout comme Salta souvent en guerre contre le gouvernement de Buenos Aires..

 

Nous sommes débarqués près de la plaza principale Belgrano où une procession religieuse en bloque l’accès. Près de la place se situe la grande cathédrale qui possède quelques reliques en or rescapées de la précédente cathédrale détruite au XVIIè par des indiens Calchaqui..

 

Cette ville ne présente pas toutefois pas l’attrait de sa grande s½ur Salta bien plus jolie et animée. Nous faisons une visite assez rapide et constatons que la pauvreté est assez présente et de nombreux bidonvilles ont envahi les plaines inondables du Rio Grande sous le pont de San Martin..

 

Quelques minutes plus tard, nous reprenons le chemin de Salta, marqués et éblouit par cette région magnifique, une autre Quebrada plus au sud nous attend demain..


La Quebrada de Humahuaca..

Le 07-10-2008 • Pays : Argentine

Nous prenons le bus après une heure d’attente en direction du nord et de la Quebrada de Humahuaca. Nous sommes encadrés par un chauffeur discrêt et par un guide sympathique mais terriblement stressé, il faut dire que le timing aujourd'hui est très serré avec une quantité impressionannte de choses à voir et à faire..

 

Après plusieurs minutes de trajet, nous voyons déjà se transformer le paysage et se dessiner toute une palette de couleurs caractéristiques de cette région. En effet, classée au patrimoine de l’humanité, la longue et étroite Quebrada de Humahuaca est comme une palette d’artiste qui aurait éclaboussé de ses couleurs le flanc des collines stériles..

 

Nous atteignons le village de Purmamarca pour une 1ère halte ; celui-ci possède la superbe Iglesia Santa Rosa de Lima qui date du 17ème siècle ainsi qu’une jolie place ensoleillée où sont disposés de nombreux étalages d’artisanat tout autour. Ceux-ci regorgent de vêtements et d’objets en tout genre assez originaux à tel point que nous ne voyons pas le temps passer..

 

Nous nous rendons juste après à quelques kilomètres à l’ouest du village admirer le symbole de ce tour : le Cerro de los Siete Colores (Mont des 7 couleurs) qui nous offre un incroyable panorama coloré qui nous laisse bouche bé..

 

Direction ensuite Tilcara, un autre petit village pittoresque du nord situé sur la rive est du Rio Grande. Après un petit tour, nous sommes débarqués en plein centre près de la plaza Prado qui possède également bon nombre de petits artisans exposant toutes sortes d’objets à dominance andine que nous ne manquons pas de contempler..

 

Nous pouvons apercevoir au loin El Pulcara, des ruines situées au dessus des alluvions de la vallée Rio Grande sur une colline isolée. El Pulcara est une fortification précolombienne en partie restaurée qui s’étend à 1 km au sud du centre du village. Elle fut découverte en 1903 et reconstruite dans les années 1950, il s’agit en fait d’une ancienne cité fortifiée bâtie en pierre par les indiens et jouissant d’un panorama unique sur la région..

 

Tout en admirant au fil des kilomètres les nombreuses déformations rocheuses et surtout les paysages étonnement colorés qui jalonnent notre chemin, nous nous dirigeons encore plus au nord pour atteindre enfin la mythique village de Humahuaca..

 


1 - 2 - Suivante